Les vêtements des hommes
à Castelbajac
.


(© Madame Marthe Delas)



00036426
copyrightdepot.com






LES VÉTEMENTS DES HOMMES :
Les vêtements de travail étaient très simples : pour l'été, chemises de lin et pantalons en grosse toile d'étoupe étaient à la fois solides et aérés. Au XIX e siècle apparurent des pantalons de travail en grosse toile de coton. Pour l'hiver des pantalons de "cadis" et des sortes de vestes "tricotées main" étaient recouverts par temps de pluie de grandes capes de "cadis" très efficaces contre le froid.

Une blouse bleue, ample, descendant jusqu'aux hanches était portée pour aller au marché. Pour une sortie plus "habillée" ou pour aller à la messe, une blouse de même coupe était noire.

Pour les enterrements, les grandes fêtes, certains portaient le costume trois pièces qui étaient souvent celui de leur mariage.

Nous avons trouvé un contrat de mariage de 1764 qui nous apprend que : " le marié portera veste, culotte, guêtres, gilet, teint rouge, un chapeau, une paire de souliers".

La région de Toulouse produisait le pastel et la garance était importée des Flandres. Bleu et rouge étaient des couleurs très courantes, d'autant qu'elles étaient réputées éloigner les mites.

Il y avait des brebis blanches et d'autres d'un marron très foncé. Employées séparément ou mélangées dans des proportions variées, ces laines présentaient un éventail de teintes allant du blanc cassé au marron en passant par tous les tons de beige.

Les chaussettes étaient souvent rouges et bleues.

CHAUSSURES :
En été, les hommes étaient généralement pieds nus jusqu'au début du XX e siècle. En hiver, ils portaient des sabots de bois ou parfois, des bottes en cuir. A l'intérieur de ces sabots, ils mettaient un peu de paille qui préservait du froid, de l'humidité, et qui évitait le contact direct du pied avec le bois plus ou moins rugueux. Pour limiter l'usure de la semelle, elle était garnie de clous ou d'une plaque de fer.

Au début du XX e siècle apparurent des garnitures en caoutchouc beaucoup plus légères mais moins résistantes. Généralement, le jeune homme avait sa première paire de souliers pour sa première communion et la seconde pour son mariage.

Les enfants portaient des "galoches" : chaussures à semelle de bois et en tige en cuir.

COIFFURES : Pendant bien des siècles, les hommes portèrent des bonnets tricotés, en laine. Chapeaux de feutre et bérets basques ne semblent être arrivés ici qu'assez tard. Pour les casquettes et les chapeaux de soleil en paille, il fallut attendre les environs de 1920.

Les "Bourgeois" portaient des vêtements moins grossiers.




           



[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Sommaire de Châtillon-en-Bigorre] [Commune de Castelbajac.]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant les monographies de nos jours des communes de la Bigorre.

Entraide apportée par :
- © Madame Marthe Delas
.
© Marie-Pierre MANET






Bookmark and Share