La monographie locale

de Vidouze.
De R.ANCELY

(© ADHP - A 303)


(Monographie offerte par M. Alain Eymard)




00036426
copyrightdepot.com






Le presbytère

Y avait-il autrefois un presbytère à côté de l'ancienne église près du cimetière ? Aucun document connu ne l'indique. Les derniers renseignements trouvés dans les minutes notariales de Me Carde vont des années 1733 à 1738 et paraissent se rappporter à l'emplacement actuel. Nous les résumons très brièvement. Le 6 Décembre 1733 la communauté assemblée décide de reconstruire le presbytère qui menace ruine ; elle afferma ses biens pour 9 ans et pour la somme de 4.000 livres. Bernard Farot de Vidouze prend la ferme et s'engage à la reconstruire avec le prix qu'il doit payer. Les travaux traînent en longueur ; les charpentiers ne veulent plus travailler parce qu'ils ne sont pas payés et le 10 Août 1735 les habitants assemblés à nouveau acceptent la proposition du curé Bétouzet pour terminer l'édifice. Celui-ci avancera les 300 livres nécessaires qui seront remboursés petit à petit par la communauté ; et en novembre 1749, les consuls constatent que le presbytère est terminé. La délibération de 1735 est importante, car elle donne des détails sur les travaux, la distribution intérieure de l'édifice, la basse-cour, la grange, le portail couvert sur le chemin qui indiquent qui s'agit du presbytère actuel.

Cet immeuble est vendu lors de la Révolution comme bien national à jean Moulonguet (Archives Basses-Pyrénées - Série Q Nº7709). Aucun document n'indique où a logé le curé Basué qui a continué son service pendant toute cette période. Le service a peut-être été interrompu, car une délibération du Conseil Municipal du 8 Décembre 1808 éclaire la question. Le maire y expose que la commune, ayant été érigée en succursale, se trouve dans un grand embarras pour loger le desservant à raison de l'aliénation de la ci-devant maison presbytérale. Mais le sieur Moulonguet-Moureu, adjoint, propriétaire de cette maison consent à la remettre à la commune en échange de certains terrains communaux. Le conseil donne son consentement. Des experts sont nommés et l'accord est fait sous réserve des autorisations administratives. Le 17 Mars 1809 un décret de l'Empereur Napoléon, daté des Tuilleries, donne cette autorisation (Archives Hautes-Pyrénées - Série D) ; et le 18 Mai l'acte d'échange est signé chez Me Bascle, notaire à Larreule.




[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Commune de Vidouze.] [Sommaire de la monographie de Vidouze]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant les monographies de nos jours
des communes de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées.

Entraide apportée par :
- M. Alain Eymard
.
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share