La monographie locale

de Vidouze.
De R.ANCELY

(© ADHP - A 303)


(Monographie offerte par M. Alain Eymard)




00036426
copyrightdepot.com






La vie militaire

Jusqu'aux guerres modernes, nous manquons de documents sur la participation des habitants de Vidouze aux grands conflits extérieurs.

Dans sa monographie de Lahitte-Toupière, M. G. Balence a signalé en 1642 que les communautés de Vidouze, Lahitte et Sombrun furent imposées pour un soldat armé de mousquet et équipé à l'occasion du siège de Perpignan. Le soldat fut fourni par Vidouze qui reçut des deux autres villages une indemnité de 20 écus sols (Acte Desnavères er Larrouzé - notaires royaux).

En 1691 et le 28 Mai la communauté de Vidouze fut assemblée à la Hourcade. Le premier consul Bernard Dépierris expose qu'il avait reçu un ordre du Vicomte de Labatut Rivière, qui avait été commis par le marquis de Grillon, maréchal de camp et le marquis de Sourdis, lieutenant général en Guienne, pour mettre sur pied dans toute la généralité de Montauban des compagnies de Bourgeoisies "pour être en état de défense en cas de besoin". Et les habitants de Vidouze choisirent pour capitaine de la première compagnie Pierre-St-Germain, avocat, et pour la deuxième compagnie, Jean Carde.

Les lieutenants furent : Bernard Dépierris, Jean Desnavères ;

Les sergents : Jean Mollonguet ; Pierre Rouquan ; Jean de Bordes Capdevielle et Bernard Carchan ;

La communauté décida aussi l'achat "d'un tambour pour plus facilement faire l'exercice" (Acte Salavert - notaire royal, Registre 1689 et 1692 F 602 - Étude de Castelnau-Rivière-Basse)

Lors de la Révolution française (23 Florial An IV) la commune de Vidouze participa à la formation d'un bataillon pour découvrir et arrêter les conscrits (Archives Hautes-Pyrénées - Série L 594 - signalé par G. Balencie dans sa monographie).

Le territoire de Vidouze servit probablement de passage aux armées anglaises lors de l'invasion de la France par les alliés en 1814. L'armée française battit en retraite par Moncaup et Lahitte. Welleington se rendit de Lembaye à Maubourguet et traversa notre commune.

G. Balencie - Monographie de Lahitte. C. Lacoste dans revue du Béarn et du Pays Basque 1939 p.246.

De la Révolution de 1848 nous ne trouvons que la formation de la garde nationale. Bergès est capitaine et Molonguet Pierre lieutenant (Archives Hautes-Pyrénées -Série O - Contrôle des opérations communales).

Un habitant de Vidouze, Pélanne Péjut avait participé en 1859 à la campagne d'Italie.

A la suite de la guerre avec la Prusse, une garde nationale est à nouveau créée le 30 Août 1870 dans le département. La municipalité de Vidouze désigne pour en faire partie : Courtiade, Darbus, Coustau, Bouscat, Péborde et Lafon Gendrou. Le 8 Novembre, à la suite de la proclamation de la III e République le Conseil Municipal doit voter un crédit de 5.780 francs en vertu d'un arrêté du Gouvernement de la Défense nationale du 22 Octobre pour contribuer à l'armement, à l'équipement et à la solde des gardes nationaux mobilisés ; les ressources étant insuffisantes, un emprunt est ouvert parmi la population et couvert immédiatement par les principaux propriétaires savoir :

- Moulonguet Lacaze, maire : 1.000 francs.

- Moulonguet Julien Peyrouil : 1.000 francs.

- Moulonguet Pierre Peyrouilh : 1.000 francs.

- Latapie Jean Jeanbroc : 500 francs.

- Navères Jean Moureu : 2.000 francs.

- Pélanne Jean Pélut : 200 francs.


La guerre de 1914-1918 fut particulièrement meurtrière et la commune de Vidouze fournit sa douloureuse contribution pour le sacrifice de la patrie. Une première plaque portant le nom des enfants de Vidouze morts pour la France fut apposée sur les murs de la mairie par les soins de M. et Mme georges Moulonguet. Un monument aux morts élevé par souscription publique fut inauguré le 11 Novembre 1932 en présence du maire, du Conseil Municipal, des anciens combattants et de toute la population. Une messe à la mémoire des morts avait été préalablement célébrée à l'église paroissiale. Une chorale chanta l'hymne de la Victoire. Puis l'inauguration eut lieu. Le maire prononça un discours ; les enfants offrirent des bouquets de fleurs et les déposèrent au pied du monument. Le dimanche suivant, Monseigneur Gerlier, évêque de Tarbes et de Lourdes, se rendit à Vidouze. Accueilli par le Maire, il présida la grand'messe accompagné du chanoine Dupont et de M. l'Abbé Loustalet, curé-doyen de Maubourguet. Il se rendit ensuite au Monument aux Morts qu'il bénit solennellement et devant lequel il prononça un émouvant discours adressé aux combattants.

Voici les noms des soldats de Visouze morts pour la France :
Barbé Jules ; Bautry Pierre ; Bégué Henri ; Bounéou Élie ; Bourdeu Donatien ; Bourau Justin ; Dépierris Osmin ; Dépierris Pierre ; Dufau Germain ; Grangé Jean-Marie ; Lacabanne Germain ; Lacabanne Pierre ; Lacrouts Édouard ; Lafon Denis ; Lafon Georges ; Lafon Germain ; Laporte Clément ; Lartigue Joseph ; Latécoère Géronce ; Laterrade Marc ; Mourelot Laurent ; Pélanne Célestin ; Pillardou Justin ; Pillou Pierre ; Plandé Irénée ; Saint-Germain François ; Saurat Charles ; Turon Pierre.

Trois enfants de Vidouze :
Fumat Fernand ; Lafon André ; Guiret Marcel , sont également morts pour la France pendant la première période de la guerre de 1939-1940.

Une stèle a été érigée en leur honneur devant le Monument aux Morts de la précédente guerre. L'inauguration eut lieu le 11 Novembre 1946 avec le même cérémonial.

Pour commémorer la libération de la France et la nouvelle période de combats qui amenèrent l'écrasement définitif de l'Allemagne par les pays alliés, une autre cérémonie eut lieu le 11 Novembre 1945 devant le Monument aux Morts et la maison commune. En présence de la Municipalité et de toute la population les enfants des écoles, conduits par leurs instituteurs, Monsieur et Madame Esquerre, défilèrent sur la place la mairie et déposèrent des gerbes de fleurs au pied du monument. Ensuite, et dans un silence recueilli, Monsieur Esquerre dégagea les enseignements de cette belle manifestation.




[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Commune de Vidouze.] [Sommaire de la monographie de Vidouze]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant les monographies de nos jours
des communes de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées.

Entraide apportée par :
- M. Alain Eymard
.
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share