Logo de la Bigorre
Disette et intempéries
à Aragnouet
(1781-1827)
.[1]



Sceau
00036426
copyrightdepot.com








Le val d'Aragnouet doit, à sa situation topographique, d'être exposé assez fréquemment aux intempéries des saisons. De là, des disettes qu'ont eu à subir, au cours des siècles, ses malheureux habitants.

Parmi les plus cruelles, nous pouvons mentionner celle de 1781-1782, ainsi qu'en fait foi cette délibération :

"Ce jourd'huy, cinquième octobre mil sept-cent-quatre-vingt-deux, au lieu et val d'Aragnouet, les habitants généralement assemblés, a été dit et convenu que l'année dernière 1781 a été si mauvaise et si dure pour lesdits habitants en général et en particulier qu'ils seroi(en)t peut-être morts de faim sans le secours journalier qu'ils ont retrouvé chez Monsieur Fournier [2], seigneur de Montoussé, résidant à Saint-Lary, et que la première année est encore si diseteuse que la récolte a totalement manqué, et qu'on n'a pas même de quoy semer, en sorte que la désolation seroit générale si l'on ne recouroit au seul moyen que le climat offre ; que Monsieur Fournier ayant déjà prêté l'année dernière ou la courante environ sept mille livres aux habitants qui composent la présente assemblée, lesquels l'ayant partagée par feu entendent en donner payement audit sieur Fournier en luy affectant toutes les pièces de bois qui pourront provenir de l'exploitation des six premières coupes de forêts de la présente com(munau)té et val d'Araignouet, conformément au procès-verbal de l'aménagement introduit dans lesdites forêts au mois de juillet dernier par Messieurs les Officiers de la Maîtrise de Comenges, lequel a été confirmé par le seigneur Grand-Maître, suivant son Ordonnance du sept septembre portant également tax(e) en faveur desdits sieurs Officiers de leurs vacations, lesquelles coupes seront exploitées par lesdits habitants et les pièces en provenant par eux également débuchées et marquées à mesure du marteau de ladite com(munau)té et de celui du Sr Fournier jusques au parfait et entier payement de la susdite somme de sept mille livres, et en outre cinq cents livres pour le montant de la taxe faite aux dits sieurs Officiers, tout pris et reçu au bas desdites forêts au prix courant par ledit Sr Fournier, qui payera encore les frais de coupes et débuchage à ceux desdits habitants qui auront fait lesdits travaux, et sera arrêté chaque année un état des marchandises qu'aura fourni chaque coupe, temps par temps et suivant l'ordre prescrit par le susdit procès-verbal d'aménagement jusques à l'entier et parfait payement des sommes dues audit Sr Fournier tant en principal qu'intérêts et dépens, toute autre vente interdite à d'autres marchands....."

En 1827, la précocité de l'hiver ne permit pas aux habitants dudit lieu de semer leurs terres en temps utile, et le peu de terre semée n'étant pas en état de germer à cause du grand poids de neige qui la couvrait depuis cinq mois, il fut délibéré, le 6 mars, de vendre 300 pieds de sapin dans la forêt de Couplan pour être distribués par égales portions à chaque feu allumant.

Étaient présents à l'assemblée Bertrand Fisse, Étienne Péclose, Paulin Bascou, Louis Clare, Pierre Fisse, Pierre Mené, Pierre Courrège et Bernard Navarre.

Fr. Marsan






 

Notes

[1] Source : Gallica.bnf.fr
Bibliothèque Nationale de France.
Bulletin de la Société académique des Hautes-Pyrénées
Société académique des Hautes-Pyrénées.
Notes

[2] Barthélemy Fournier,
Pè de Bertrand Fournier de Saint-Lary
Vice-président de la Chambre des députés,
Décédé le 31 janvier 1792,
Dernier seigneur de Montoussé



[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Commune d'Aragnouet] [Faits divers]
[Étude des communes] [Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant les disettes et les intempéries
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.

Entraide apportée par :
- Mme Delas Marthe
.

© Marie-Pierre MANET









Bookmark and Share