Le Marcadieu,
le marché aux souvenirs d'antan
Hautes-Pyrénées
département 65.



00036426
copyrightdepot.com







La brocante sur la Place du Marcadieu à Tarbes.


(© La Nouvelle République des Hautes-Pyrénées)

(Article offert par mon père et par ma grand-mère paternelle).


C'était, il y a peu de décennies, à l'extrémité Est de la place Marcadieu, que se tenait, autour de la fontaine où s'abreuvaient quatre tortues de fonte, dont la carrière publique s'est achevée dans une boutique à quelques dizaines d'encablures du chef-lieu, le marché aux puces. Depuis, il a émigré derrière l'église Sainte Thérèse, sur le carreau abrité des intempéries, à l'emplacement de ce qui fut, jadis, le couvent des Carmes, hors des murs.

Dans son livre "Mon tour de ville", paru en 1908, l'avocat tarbais, Édouard Dencausse, recompose l'atmosphère de ce marché au début du siècle. A-t-il vraiment changé, dans le fond ? Tout au plus mérite-t-il une petite actualisation.

On y rencontre, écrit Édouard Dencausse, des curés, des notaires, des magistrats, des médecins, des officiers, des avocats, des professeurs, des instituteurs et des amateurs d'antiquités qui ne manquent jamais de faire leur visite hebdomadaire à cet étalage bigarré d'objets de toutes sortes, exposés comme les épaves d'un naufrage ou d'un incendie... Quand on n'achète rien, on a, du moins, la satisfaction d'avoir passé un bon moment dans ce coin du marché où la rumeur se tait, où l'on touche des yeux tant d'objets qui paraissent curieux ou drôles, où l'on entend les marchandages les plus puérils, à l'occasion d'achat de vieilleries qui deviennent, ensuite, des beautés de collections. Le destin des choses.

Mais l'historien contemporain (bien connu) des pays pyrénéens, de Tarbes et du Comminges en particulier, a vu ce marché en poète et à travers son humour teinté de nostalgie :

C'est le palais pour l'historien
Le marché aux puces,
Et un théâtre de Gascons.
Le bon Dieu s'y tient sans façons
Et l'on brade des galons
Qui ont sauvé la liberté.
Tout finit au marché aux puces,
Même les vieux calendriers.
Tout finit au marché aux puces
Et l'on peut tout recommencer.
Les sourires sortis des grenier
Et les nymphes un peu fêlées
Se rient ici des ans passés.
Qui font revivre à bon marché
Le goût jamais oublié
De vous saluer.

Ainsi va la vie et son cycle éternel. Les objets qu'on trouve ne sont-ils pas les relais concrets et indispensables entre le passé et le présent ?



Marcel Derosier.



[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[ La ville de Tarbes.]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant la ville de Tarbes
de la Bigorre devenue hautes-Pyrénées
département 65.

Publication autorisée par "La Nouvelle République des Pyrénées".
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share