Logo de la Bigorre

Une galerie des anciens qui ont réussi.



Sceau
00036426
copyrightdepot.com






(2 ième partie)



(© Le Lycée Théophile Gautier)


 

Nom des personnes
Trouillé

Préfet de Martinique (1947)
De Sarthe, Loire-Atlantique, et Indre et Loire (1962)
Émile Vié

Fils du préfet des Hautes-Pyrénées
Prix d'Excellence et Bac Philo 1933 mention B
Directeur des Renseignements Généraux
Préfet de Marne et région Champagne (1961-1967), Pays de Loire
Directeur du Bumidom.
Membre de la Commission Informatique et Libertés.
Raymond Heim

Élève de 1936 au Bac 1938
Carrière à la Sûreté Nationale.
Préfet des Hautes-Alpes (1975-1978)
Préfet de Martinique (1978-1979)
Georges Abadie

Élève depuis 1932, Prix d'honneur de 1 er en 1942.
Prix d'Excellence Double Bac Philo + Math 1943
Préfet de la Savoie (1976)
de la Manche, puis de la région Auvergne (1982-1985)
et Aquitaine (1985-1986)
Pierre-Prosper Cerles

Élève de 1914 à 1919
6 fois Prix d'Excellence de la 6 ème à la 1 ère
Ambassadeur en Iraq (1970-1975)
puis, en Roumanie ( 1977-1981)
Paul Henri Eydoux

Élève de 1914 à 1919
Directeur de l'École Nationale de Police,
puis de la Police des frontières,
Conseiller de Jacques Soustelle
et écrivain (histoire de la Gaule)
Pierre Bideberry

Élève en 1926-1929
Directeur de l'Office National d'Immigration.
Grégoire Bruzaud-Grille

Bac 1912
Directeur Général d'E.D.F. jusqu'en 1959
Paul Baseilhac

Bac 1925
Directeur Général des Charbonnages de France
de 1953 à 1963.
Général Bertrand Léon Pujo

Élève de 1890 à l'admission à St-Cyr en 1897
Commandant en chef de l'Armée de l'Air avant la seconde guerre mondiale.
Ministre de l'Air du premier cabinet Laval.
Général Fayet

Élève de 1911 à 1919
P.D.G. de la Compagnie de transports aériens internationaux, puis d'U.T.A. ( 1963)
Robert Dubarry-Barbe

Bac 1946
Ingénieur général de l'Armement.
Jean-Noël Capdevielle

Bac 1962
Physicien nucléaire
Roland Morancho

Bac 1964
Directeur de l'École nationale supérieure de chimie de Toulouse.
Louis Lareng

Bac 1943
Professeur
Il fut député de Haute-Garonne mais surtout dans la tradition de Dominique Larrey, créateur des S.A.M.U.
Paul Voivenel

Séméacais aux talents multiples, il avait été interne,
obtenant le Bac en 1898 mention AB
tout en pratiquant rugby et haltérophilie
et en "lisant à la bougie tout ce qui lui tombait sous la main".
Le lycée "c'était ma famille" se plaisait-il à dire.

Il devint neuro-psychiatre à Toulouse.
Il laissa son nom au syndrome de l'hémorragie de la sensibilité
et présida l'Association des chefs de clinique de France.

Il fut aussi chroniqueur (sous le surnom de Campagnou) conférencier et journaliste sportif (ce qui lui valut d'être président d'honneur de la F.F.R).
Il affirmait que "le sport, l'esprit et le cœur s'associent pour nous hausser au-dessus de nous-mêmes".
Isidore Ducasse

dit "comte de Lautréamont" ( 1846-1870)
Cet enfant de la diaspora bigourdane dans les Pays de la Plata fut, malgré la briéveté de sa vie (il est mort à 24 ans lors du siège de Paris).
Il fut l'un des pionners du surréalisme et, comme tel, "découvert" dans l'entre deux guerres ; plusieurs ouvrages biographiques et littéraires lui ont été consacrés, de même qu'un cercle d'études à, "Université du Mirail".
Jules Laforgue

(1860-1887)
né à Montévideo de père bigourdan.
Il fut envoyé, avec son frère, au Lycée de Tarbes où il passa quatre ans (de 1872 à 1876), n'y obtenant d'ailleurs comme prix que celui de religion en 4 ème.
Mort Jeune, de tuberculose à 27 ans,
il est considéré comme le créateur du vers libre et le plus grand des "symbolistes décadents",
et exerça de plus des talents de caricaturiste.
Beau-frère du futur constructeur du nouveau lycée, Labat,
J. Laforgue a son avenue à Tarbes, et un buste au Jardin Massey bien qu'il ait qualifié Tarbes de

"trou où l'on vit que de cancans colportés de rue en rue avec un accent abominable"
(Orthographe respecté)
Laurent Tailhade

(1854-1919)
Fils du président du tribunal
Il commença ses études chez les jésuites
mais fut ensuite au Lycée un élève modèle, où il devient bachelier en 1874 en même temps que lauréat des Jeux Floraux.

Poète parnassien puis "aristophanesque", satirique, d'inspiration libertaire, il sympathisa avec les anarchistes de la grande époque (fin XIX e) et on lui prête la formule :

"Qu'importe les victimes si le geste est beau".

Dans un contexte municipal de conflit entre la droite et les "républicains", la municipalité Georges Magnoac confia à cet ami de Jaurès l'organisation des fêtes du centenaire de Théophile Gautier (1911) dont la retombée sera le décret donnant son nom au Lycée.
Gaston Garrigou-Lagrange

Théologien
Prix d'Excellence, Prix d'Honneur et Bac Philo en 1895.
Il devient de R.P. dominicain Reginald, professeur néo-thomiste à Rome.
Emilien Carassus

Élève de 1930 au Bac en 1937
Cumulant les prix dont le prix Dastès,
Professeur au Mirail
et auteur d'ouvrages sur le snobisme et les dandies.
François Durand-Dastès

Élève de 1942 au Bac en 1949 mention B
Prix d'Excellence chaque année.
Professeur à l'Institut de Géographie de Paris.
Jean-François Soulet

De 1956 au Bac 1959
Professeur au Mirail
et historien des Pyrénées
puis de "l'histoire immédiate".
Pierre Veilletet

Bac 1961
Puis surveillant au Lycée
Journaliste et écrivain (Prix Albert Londres 1976)
Il devient directeur général au groupe "Sud-Ouest".



[Précédent]






[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Sommaire du Lycée Théophile Gautier]

[La ville de Tarbes] [Généralités sur les Communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant la ville de Tarbes.

L'autorisation de publication a été accordée par le Lycée "Théophile Gautier" de Tarbes.

© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share