La cathédrale Notre Dame de la Sède à Tarbes
Hautes-Pyrénées
département 65
.



00036426
copyrightdepot.com






 

Désignation de l'église
Notre Dame de la Sède.

En latin " sède " signifie : siège.
Il s'agit ici du " siège de l'évêque "

L'évêché de Tarbes



Liste des évêques de Tarbes


La cathédrale se situe dans le vieux quartier de Tarbes.

De style roman, elle fut construite sur un site antique, un cimetière du Moyen-Âge.

XII e siècle - mobilier XVIIIe siècle.




   

Auparavant, la cathédrale s'appelait " Sainte-Marie de la Sède " ou " Sainte-Marie de Bigorre ".

- Façade classique du XVII e siècle (pas de très bon goût il faut le reconnaître !). Les travaux avaient commencé sous Mgr Cambout (1717 - 1729).
En 1943, d'importantes réparations sont entreprises. La pose du dallage du porche fut faite sous Mgr Couet de Vivier de Lorry (1769 - 1782)
.


(© J.B. Laffon)


   

- Le gros-oeuvre et l'ensemble de la structure datent du XIIe et XIIIe siècle.

L'édifice antérieur à celui du XIIe et du XIII e siècle sont :
- Les murs de la nef, percés de petites fenêtres obstruées mais qu'on peut observer.
- Les murs du transept qui ont encore deux fenêtres visibles au dessous de la rose du transept nord.
- De très anciennes maçonneries dans lesquelles les quatre piliers du dôme ont été incorporés et en quelque sorte encastrés.
(voir intérieur de la cathédrale ).

- La cathédrale a tout d'une forteresse. La tour-lanterne constituait la suprême et ultime défense contre les assaillants. Elle permettait de surveiller la plaine environnante et de faire le guet en signalant tout mouvement suspect. L'ascension du Beffroi se fait par l'intérieur, en entrant dans la chapelle Saint-Louis Sainte-Bernadette, à partir du transept nord : une petite porte, à droite, y donne accès. Pour accéder à l'escalier il fallait une échelle.

- Les deux absides du choeur datent du XII e siècle. La nef a été élevée au XIVe s. La construction a continué jusqu'au XVIII e siècle avec la travée extérieure. Elle a été construite avec des galets ronds du fleuve de l'Adour comme beaucoup de maisons à Tarbes.

- Le clocher octogonal à la base est à deux étages séparées par un intervalle permettant au son des cloches de se propager, et se termine en pointe où le clocher est en éteignoir. A l'étage inférieur, au dessus de quatre fenêtres de la coupole, on remarque quatre lucarnes à fronton. Le toit est en ardoise des Pyrénées issue des carrières de Juncalas. La restauration du toit a été faite en 1963. La couverture a partout trois feuilles d'ardoise ou trois épaisseurs.

- Quatre cloches composent le carillon de l'église. La plus grosse, qui est en relation avec l'horloge et qui donne les heures, fut fondue par François et Augustin Martin, frères, en 1816. Elle porte cette date et l'effigie de Louis XVIII. Sur l'airain, sont gravés les noms de diverses personnalités telles que le vicomte de Lentilhac, la comtesse Milon de Mesne, le baron de Gonnès, maire, Claverie, curé de léglise paroissiale de la Sède.

- Les cadrans étaient logés auparavant dans les lucarnes au nord et à l'est. Ces cadrans dits cadrans en squelette sont commandés par impulsion électrique et ont été installés par la maison Bodet de Trémentines (Maine et Loire).

- Date du premier incendie connu : 1370 par le comte d'Armagnac. En 1460, l'édifice fut en partie détruit par un terrible incendie.

- Porte du XVIIIe siècle.

- La cathédrale a une capacité d'accueil de 600 personnes
.


(© J.B. Laffon)



La statue de la Sainte Vierge dans le jardin de Marie.



Le cloître des Augustins de la cathédrale de Tarbes.
Lieu de méditations ou de promenades solitaires pour les religieux, où se déroulaient aussi des processions et diverses cérémonies.
La cathédrale a eu à son service des chanoines réguliers jusqu'au XVIe siècle.
La célèbre comtesse de Bigorre, décédée en 1251, a été enterrée au cloître de la Sède.

" Ladite dame Pétronille est ensevelie à l'angle des Cloîtres qui est vers l'Évêché "
.

(C'est à dire à l'angle nord-est où est le nouveau porche).

Le cloître de la Cathédrale, comme la Cathédrale et les maisons des chanoines avait été incendié en 1569 par les troupes huguenotes de Montgomery.

La démolition du cloître fut ordonnée en 1803 par le préfet Chazal.
Il a été en partie reconstruit en 1961.

Au fond du cloître, on peut voir deux sarcophages. Une dizaine d'autres, plus abîmés, ont été exhumés dont certains paraissent dater de l'époque mérovingienne
.

(© M. J.B. Laffon)






[L'intérieur de la cathédrale !]


[Le cimetière des pauvres]






Note :

Référence : © J.B. Laffon -Doyen du chapitre
" La cathédrale de Tarbes - Notre Dame de la Sède "
Guide album souvenir



[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[La préfecture de Tarbes ou l'ancien séminaire]
[Commune de Tarbes]
[Églises en Bigorre]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant la commune de Tarbes
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.
© Marie-Pierre MANET








Bookmark and Share