Le cami-adour
Enrochements et galions
Hautes-Pyrénées
département 65.



00036426
copyrightdepot.com









Afin de protéger les berges de l'action érosive de l'Adour, des aménagments sont réalisés. Parmi les techniques mises en oeuvre, les enrochements permettent de résister à des contraintes hydrauliques importantes. Ils constituent une protection des berges dite " lourde ".


La bionatte :

(Textile tissé en fibres de coco).
Permet de limiter l'érosion le temps que la végétation prenne (boutures, semences).


Le géotextile :

En matériaux synthétiques, il est disposé entre les blocs d'enrochement (ou les gabions) et la berge. Il empêche le départ des particules fines, qui peu à peu déstabiliserait la structure, tout en permettant l'eau de passer.

Le confortement de talus :

Constitué par un enrochement ou par des gabions, il maintient le talus en respectant la pente générale des berges.

l'enrochement : Blocs rocheux posés et appareillés entre eux.

les gabions : galets confinés dans un grillage qui empêche leur déplacement ; avec leur forme cubique, les galions sont adaptés à des talus raides et élevés.


L'ancrage de pied :

Plus profond que le lit, il permet d'éviter les affouillements par le courant et supporte l'enrochement ou les galions ; il est généralement composé de blocs d'enrochement disposés sur un géotextile.


Le suivi des enrochements :

L'Adour maintient son travail d'érosion qui, peu à peu, risque de déchausser les blocs d'enrochements. Ces derniers doivent donc faire l'objet d'inspections régulières, notamment après chaque crue. Ces vérifications sont facilitées par la baisse du niveau des eaux en période d'étiage.




[Précédent]                     [Suivant]





[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Généralité sur les Communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant le Cami-Adour
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share