La chapelle de Notre Dame de Piétat.



00036426
copyrightdepot.com







 

Désignation de l'église
Notre-Dame-de-Piétat
XVI ème siècle.
1593 indique la date de la première restauration.
Nombreux pélerinages jusqu'à la Révolution.

(Texte © M. Guy Dalberny)


Notre Dame de Piétat

PIÉTAT c'est la préface obligée de Lourdes, qui ne connaît pas Piétat ne connaît pas Lourdes. C'est pourquoi je vous invite comme le veut la tradition depuis le XV e siècle à venir à Notre Dame de Piétat.

Je crois qu'il est bon de vous rappeler cette tradition mariale preuve indéniable de la dévotion majeure de nos anciens à Marie.

Les commencements de ce sanctuaire se perdent un peu dans la nuit des temps à peine éclairés par une tradition vénérable... et par un document précieux.

- La tradition : une statue de Notre Dame (la Vierge en ces temps de misère)

(© M. Guy Dalberny)

qu'un paysan de Barbazan découvre en labourant sa terre et qu'on place en une mont-joie, recouverte d'un pauvre toit de paille (tableau à la gauche du chœur). Cela se passait au cours du "pitoyable" 16 e siècle.
(© M. Guy Dalberny)


- Le document va nous aider à préciser. C'est un testament du 22 mars 1588, par lequel Marie de Payonne, veuve de Pierre Concario, en son vivant bachelier en droit et avocat en la Cour du sénéchal de Bigorre, donne "à la chapelle la somme de neuf sols bons...". Ici c'est l'histoire qui parle, rigoureuse et qui nous oblige à conclure que la chapelle existait bien avant 1593. Peut-être avait-elle été bâtie autour de 1500, grâce aux libéralités du seigneur de Barbazan et du menu peuple.

(© Photo de Marie-Pierre Manet)

Le porche de l'église de Piétat.




1593. Tel est le chiffre inscrit sur la porte d'entrée.

(© M. Guy Dalberny)

Et telle était, pensait-on la date de fondation de la chapelle par noble Anné de Bourbon-Lavedan, seigneur de Barbazan. Il s'agissait en fait d'une première restauration commencée vers cette date (porte d'entrée) et se poursuivant jusqu'en 1613 par un clocher en ardoises.

De 1593-1793.
PIÉTAT EST SOUS LA GARDE DES CURÉS DE BARBAZAN.

Nous en comptons treize. Ils prirent le titre de prieurs à partir de 1630. Ils furent donc curés et prieurs. Dominique Soucens (1593) serait le premier titulaire connu de Piétat. Le bagnérais Louis Dumont de Bauregard en fut le dernier et le plus illustre de par les grands travaux entrepris - " le vrai restaurateur de Piétat ". Pendant ce temps, de nombreuses grâces étaient octroyées par la Vierge, les unes particulières, les autres collectives : la guérison des pestiférés de Bernac-Debat, relégués au bois de Labarthe. On conserve encore et on utilise, pour le pélerinage annuel la vieille croix de ce premier pélerinage votif (tableau à la droite du chœur).

Ces grâces colportées par les mille voix de la renommée, déclenchèrent en plaine de l'Adour et bien au-delà une trentaine de pélerinages, sans compter les innombrables visites individuelles.

1793-1861.
LES VICISSITUDES DE PIÉTAT.

La Révolution coupa court à ce flux et reflux de grâce et d'implorations. Vente fut faite, d'abord des biens de la chapelle, en 1791 et 1793, mais comme la chapelle restait ouverte et donnait lieu "à des rassemblements dangereux et fanatiques", elle fut vendue avec la maison prieurale à Dominique Comte, de Bernac-Debat.

Pendant près de cinquante ans, le sanctuaire fut livré à l'abandon et à la dégradation, furtivement visité même aux plus mauvais jours, par des groupes isolés, qui priaient le long des murs ou se glissaient à l'intérieur... jusqu'à ce qu'enfin le 2 août 1839, il fut racheté, érigé en chapelle de secours et confié aux curés de Barbazan.

1861.
A NOS JOURS AUX BONS SOINS DES MIC L'IMMACULÉE-CONCEPTION (Garaison).

Le curé de Barbazan surchargé, l'aumônier trop âgé ne pouvaient s'acquitter, comme il le fallait, du pélerinage renaissant. Monseigneur Laurence (22/09/1861), fit appel aux MIC déjà chargés des autres sanctuaires pyrénéens et bientôt investis de créer et d'aménager le Domaine de Lourdes. Ils y restèrent jusqu'à l'époque des lois néfastes de 1903... Puis après une longue absence ou Piétat sommeilla, ils y revinrent en 1934 sous l'impulsion de Monseigneur Gerlier, pour n'en plus partir. Une nouvelle restauration fut entreprise (sacristie actuelle - nef de gauche - remplacement du vieux clocher - érection du maître d'autel - pavement du chœur et de la chapelle).

Pendant ce temps aussi, les grâces de Marie reprennent à la mesure de la ferveur populaire renouvelée, les pélerinages reprirent aussi nombreux qu'avant le Révolution - vingt-quatre aujourd'hui. Sans compter les pélerins isolés, venant et revenant auprès de la Madone accueillant, comme Marie Saint-Frai, de Tarbes, qui puisa, en ce contact répété, le zèle apostolique s'épanouissant bientôt dans la fondation de la Congrégation de Notre Dame des Douleurs. Sans compter encore l'incessant et quotidien défilé de ceux qui, roulant sur la route voisine, s'y arrêtent, pour une visite, pour une prière, pour un conseil.


M. Guy Dalberny
Maître de Conférences à l'Université
Chevalier des Arts et Lettres
de la Société des Gens de Lettres.


[De l'apparition de Saint Joseph à Marie Saint Frai.]

[Rénovation de la chapelle de Piétat]

[pestiférés de Bernac-Debat]

[pestiférés de Soues]





[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Église de Barbazan-Debat]
[Monographie de Barbazan-Debat]
[Commune de Barbazan-Debat]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide à l'élaboration de ce site
concernant la commune de Barbazan-Debat.

Entraide apportée par :

- M. Guy Dalberny.
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share