La destinée de Gaston Fébus.
(Archives Départementales des Hautes-Pyrénées)



00036426
copyrightdepot.com






Cependant, certains nuages commencèrent à s'élever. Jeanne n'avait pu payer intégralement la dot de sa fille. Gaston III s'était contenté d'un premier versement lorsque la Reine de Navarre succomba le 6 octobre 1349. Guillaume de Machaut célébra aussitôt l'avènement de Charles II de Navarre, le beau-frère du Comte de Foix, en rimant "le jugement du Roi de Navarre". Les exécuteurs testamentaires de la défunte versèrent un deuxième acompte. Le paiement du solde - près de la moitié du total prévu - fut garanti solennellement par le nouveau roi de Navarre ; en échange, Agnès renonçait à tout droit sur la Couronne de Navarre.

La nouvelle princesse de Foix-Béarn avait fait son entrée depuis peu à Orthez, lorsqu'à la fin de l'année 1349, Philippe VI de Valois devint veuf. Il se remaria très rapidement, le 29 janvier 1350 avec sa jeune cousine, Blanche de Navarre, dont la beauté l'avait ébloui. Ainsi par le jeu des alliances matrimoniales, Gaston III se trouvait beau-frère de deux rois, Philippe de France et Charles II de Navarre au moment où, accédant à sa majorité, il prenait en main l'administration de ses biens. Malheureusement, nous ne savons plus rien de la vie du couple pendant les dix années suivantes. Il dut attendre jusqu'en 1359 pour avoir un premier enfant qui mourut d'ailleurs au moment de sa naissance. Un nouveau prince héritier vint au monde en septembre 1362 et eut pour parrain, Charles II de Navarre, son oncle. C'était le prince Gaston, né au château d'Orthez.

La rareté même des documents laisse à penser qu'Agnès ne tenait pas une place prépondérante dans la vie de Gaston III qui, depuis 1359, signait ses actes du nom de Fébus. Il est impossible de retrouver dans les archives béarnaises une seule pièce où le Comte de Foix associe son nom à celui de son épouse. Elle ne participe à aucune dotation, ne semble en recevoir aucune elle-même, ne joue aucun rôle dans la vie publique. Le contraste est vif entre cet effacement et la confiance totale de Fébus envers sa mère, Aliénor de Comminges. Celle-ci avait remis ses comptes de tutelle le 11 mars 1351 et il n'y avait eu aucune de ces âpres contestations qui, aux deux générations précédentes, avaient opposé mère et fils dans la bataille de Foix-Béarn. En 1353, les noms de Gaston et Aliénor sont unis dans la charte de fondation de l'abbaye de Salenques, près du Mas-d'Azil. En 1355, Aliénor fut encore associée au gouvernement de Foix-Béarn. A sa requête, Fébus accorda quelques donations, fait notable car le Comte de Foix était parcimonieux de ses florins.

Gaston III ne se souciait guère d'être accompagné par son épouse dans ses nombreux déplacements. Non seulement dans ses longs et lointains voyages comme celui de Prusse Orientale d'octobre 1357 à octobre 1358, mais encore dans ceux qu'il entreprenait entre Foix et Béarn. Il est symbolique de constater que seuls des textes de la série des "Comptos de Navarra" fournissent de trop rares points de repère permettant de savoir où vivait Agnès, que seuls des documents navarrais signalent ses deux accouchements.




[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Histoire en Bigorre.]
[Page 1] [Page 2] [Page 4] [Page 5] [Page 6] [Page 7] [Page 8] [Page 9] [Page 10]
[Généralité des communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide à l'élaboration de ce site
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.
© Marie-Pierre MANET








Bookmark and Share